Ce blog est le petit frère de

Ce blog est le petit frère de notre site internet

lundi 11 juillet 2016

Festival O+O 2016 : pré-programme

Un pré-programme est presque un programme définitif, n'est-ce pas ? 

Des broutilles peuvent changer mais les fondations sont coulées, les murs de soutènement montés, le faîtage posé. Même les meubles sont quasiment en place (dans nos têtes). 


Reste, pour nous tous, à souffler l'essentiel : le nemawashi(1)




Regardez bien ce simple dessin : voilà ce que peut le nemawashi (en français harmonie, consensus...).

 

O+O de Paris 2016, le retour !

Avec tous les arts qui sont ses amis, la poésie fait son festival annuel dans le 13e arrondissement de Paris.


6e édition déjà de AU PLUS HAUT DE PARIS notre petit festoche, comme disait l'ami sculpteur Camille Bornet, l'un des fondateurs parti en 2014 à 46 ans et à qui nous pensons toujours... 


Cette année encore, une soixantaine d'artistes et de "spectacles"

Bien sûr, il faut mettre des guilles au mot spectacle. En effet, certaines des propositions du festival sont proches du divertissement pascalien et d'autres fort éloignées. 
Le point commun, c'est le lien intimiste, ou simplement humain, que nous cherchons à créer avec le public. Ce souci de l'humain, c'est quasiment la seule indication que nous donnons aux artistes que nous invitons à venir rêver et jouer avec nous dans ce magique quartier de la Butte aux Cailles. 
Pour le reste, ils font évidemment comme ils l'entendent. 

Chacun joue dans son art comme le jardinier en son jardin et y invite les passants - on en attend 2 à 3000 du vendredi 9 au dimanche 11 septembre 2016 tout autour de la rue de la Butte aux Cailles.
(NB : Comme les années précédentes, nous mettrons bientôt en ligne sur ce blog et sur Facebook un plan du quartier qui permettra de s'y retrouver.)

Pendant ces 3 jours - au lieu de 2 les années précédentes - le peintre peint, le poète dit ou expose ses textes, la plasticienne Louise Danos fait des performances, le duo DLC chante des rencards d'amour et d'eau fraîche, Chrystelle Delhôme fait ouvrir aux enfants une bouche grande comme l'imagination... et ça c'est pour ne prendre que quelques exemples au hasard. 
Il y aura aussi une conférence sur Marina Tsvetaeva, des actions bizarres avec de la danse et du théâtre marinées par le groupe Hélium, de la magie de charlatan, des douches poétiques, des chanteuses de Piaf… etc, etc, etc, etc, etc, etc...
Et puis on rendra au génial Verlaine un hommage plein de notre admiration.

Abymes et Bitumes

Tel est le thème de cette année. A moins que ce ne soit Abîmes et Bitumes, ou bien Abîmes et Bitume ou encore Abîme et Bitume… 
Bref c'est comme on veut puisqu'en poésie comme en musique, comme en peinture, en sculpture, etc tout - ou presque - est affaire d'oreille et d'interprétation.

" De la musique avant toute chose
disait Verlaine que nous célèbrerons cette année tout particulièrement. 

Quant au programme, nous sommes en train d'y mettre la touche finale mais voici déjà - roulement de tambour… l'affiche de cette année :


Et voici les liens directs :

* Sur Facebook
- La page générale du festival  https://www.facebook.com/AuPlusHautdeParis2016/ . Si ça vous enchante, c'est là que vous  pouvez mettre un J'AIME !
- La page Evénementhttps://www.facebook.com/events/1159259820761804/?notif_t=plan_admin_added&notif_id=1466241676075356 . Celle-là, vous pouvez la partager facilement pour inviter vos amis, entre autres. 
* Sur Twitter avec le croisillon #opluso2paris. NB : si vous tenez à le dire en anglais "croisillon" se traduit par "hashtag". 
* Sur instagram : www.instagram.com/p/BHwe26khKfZ/?taken-by=axodom 
* Sur Tumblr : http://axodomguillerm.tumblr.com/post/147284733757/et-voici-laffiche-de-lédition-2016-de-o-o-de 

jeudi 15 octobre 2015

Bretagne, poésie et écologie

Pourquoi tant de poésie en Bretagne ? 

C'est vrai quoi, pourquoi tant de Bretagne en poésie ?

D'abord un curieux constat : la Bretagne est LA région française la plus accueillante à la poésie. Et ceci, en nombre comme en diversité de manifestations (voir le site du CRL de Bretagne), et aussi en nombre comme en diversité de poètes et de lecteurs de poésie (voir l'article de Pierre Maubé Quelques poètes bretons contemporains, de langue française).

Maintenant un second constat : la Bretagne défend becs et ongles sa nature et ses traditions.

Se pourrait-il qu'il n'y ait aucun rapport entre ces deux faits ?

L'ensemble fait une identité forte et un plaisir de vivre qui attire non seulement les touristes mais aussi des émigrés de l'intérieur, vieux ou jeunes, toujours plus nombreux.

Quelques preuves

A titre d'exemple, la région accueille sur la seule fin du mois de novembre 2015 trois manifestations assez importantes pour être relayées par le site du Printemps des poètes :

Le festival de Poésie Moi Les Mots à Landivisiau du 23 au 29/11 

6-7000 personnes pendant une semaine à l'écoute d'une vingtaine de poètes divers et de qualité. 
Créé en 2011 en hommage au poète Xavier Grall. De la poésie voulue aisément accessible car "proposée dans les lieux du quotidien". 

Des rencontres quotidiennes avec des poètes et illustrateurs, des lectures, du théâtre, du conte, des concerts, des expositions, des ateliers d’écriture et d’arts plastiques, une randonnée poétique, une journée professionnelle à destination des bibliothécaires, enseignants, libraires, auteurs, éditeurs et maints moments à partager. « Une poésie vivante et généreuse, ouverte et offerte à tous, une poésie qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble », pour reprendre les mots de Bruno Doucey, un des poètes invités. 

Autrement le monde ? Poésies et écologies. le 28/11/15 à Nantes

A peine un mois après MidiMinuitPoésie #15 du 7 au 11 octobre. 





En écho à la 21e Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), la Maison de la Poésie de Nantes s’interroge sur les liens entre conscience environnementale et esthétique littéraire. 

Lors de cette journée de rencontres littéraires différents formats d’intervention - lectures, conférences, entretiens, lecture-concert - aborderont les thématiques de l’habitat, de la ruralité, du paysage, de l’agriculture… 
Maison De La Poésie De Nantes

<< Que la poésie soit au premier chef concernée par la question écologique, c’est ce qui découle de son lien ancestral à l’idée de Nature, comme de la préoccupation qui lui est essentielle de donner forme et sens à une habitation du monde déprise du modèle productiviste. Nous voudrions demander si la poésie, comprise en son sens le plus large, est en mesure de fournir aujourd’hui quelques uns des linéaments d’une sagesse nouvelle. >>
Avec Augustin Berque (orientaliste et philosophe), Jean-Christophe Bailly (auteur), Michel Deguy (poète, essayiste), Jacques Gamblin (auteur, comédien), Nicole Caligaris (auteure), Benoît Vincent (auteur, botaniste), Emmanuelle Pireyre (auteure) et Toog(musicien), Jean-Claude Pinson (auteur associé à l’événement), Olivier Domerg (poète), David Christoffel (auteur, artiste sonore).

Et à l'école(s)

AU LYCÉE
• Deux classes de 1re L du lycée La Colinière ont participé au festival MidiMinuitPoésie, en rédigeant la Gazette des lycéens : notes de lecture, textes de création, entretien avec les auteurs invités au festival, la gazette est le reflet de la découverte de cette programmation par les élèves.
À lire en intégralité par ici. 
• Une classe de 1re STMG du lycée La Colinière prépare, jusqu'à fin novembre, les feuilles de salle de l'évènement "Autrement le monde ? Poésies et écologies". Les élèves abordent les travaux des auteurs invités au regard de la thématique, puis réalisent des interviews écrites, reproduites sur les feuilles de salle.
• La Maison de la Poésie profite de la présence des auteurs invités durant l’année pour proposer aux lycéens des portes d’entrée dans l’écriture poétique contemporaine. Ces opérations peuvent prendre plusieurs formes (Parcours en poésie, gazette des lycéens...)

Enseignants, documentalistes de lycées publics ou privés d'enseignement général, technologique ou professionnel de la région nantaise : pour découvrir les dispositifs d'actions poésie pour la saison 2015-2016.

À L'UNIVERSITÉ
À l'occasion de "Autrement le monde ? Poésies et écologies", David Christoffel accompagne un groupe d'étudiants de plusieurs filières à la réalisation de reportages sonores, composés à partir d'interviews d'animaux, de jeux environnementaux avec les textes des intervenants, de réflexions/renouvellement sur les formes éditoriales de la parole en situation de natures perturbées... Ce travail prendra la forme de capsules sonores qui seront diffusées pendant l’événement.

Liens : 
- le site du festival Moi Les Mots
- le site du Printemps des poètes
Maison de la poésie de Nantes 


Et puis encore cet article de Marie-Christine Biet sur La Gède aux Livres à Batz-sur-Mer ou la passion de faire vivre une librairie dans une ville de 3000 habitants.







jeudi 3 septembre 2015

Le PROGRAMME du festival O+O de Paris 2015


Voici le programme définitif de l'édition 2015 du festival de la Butte-aux-Cailles, autrement appelé Au + Haut de Paris ou encore  #opluso2paris.





NB : N'imprimez que si vous le devez ! Vous savez bien pourquoi...

Cliquer sur les photos pour les agrandir.




page 2 du doc imprimé.


Si besoin le plan est mieux lisible ici : Le "bon" plan du festival O+O2015




page 3 du doc imprimé
page 4 du doc imprimé


Le "bon" plan du festival O+O2015

Voici un plan à garder dans votre intelliPhone ou tablette (ou au pire à imprimer) pour vous aider les samedi 5 et dimanche 6 septembre à déambuler sans souci parmi les rues animées de la Butte-aux-Cailles et de son festival annuel



Attention, le plan des lieux du festival qui a été imprimé dans certains programmes comporte malheureusement quelques erreurs. 

Ainsi, il mentionne deux numéros 9, ce qui est certes poétique et stimulant mais quand même incongru et pas franchement pratique. 

Quant au programme définitif, il est ici : http://armesecretepoesie-axodom.blogspot.fr/2015/09/le-programme-du-festival-oo-de-paris.html. 





mercredi 2 septembre 2015

Tables Ouvertes de Poésie à O+O de Paris 2015

Quelques tables dans la rue, avec deux ou trois chaises autour de chacune. L'une de ces tables est pour vous. A vous de jouer, de dire, de discuter poésie. 



Osez, osez Lamartine...


Ou Pessoa, ou Jaccottet, ou Bobin, ou qui vous voulez, mort ou vif. Mais osez la poésie. 

Les samedi 5 et dimanche 6 septembre 2015, à l'occasion de la 5e édition du festival O+O de Paris 2015 nous innovons un peu. 
Nous avons songé à tous ceux qui aiment la poésie, qui en lisent une fois par jour ou une fois par an, voire en écrivent, et qui ont tout simplement envie de partager ce plaisir. 

En plus des tables que nous mettons à la disposition des poètes accueillis par le festival, nous avons décidé de laisser chaque jour un table libre, ouverte à qui veut. 

De 14h à 17h, vous pourrez vous y installer, proposer aux gens qui passent, ou aux amis avec qui serez venu, de vous écouter dire ou lire un poème que vous chérissez. 

Voire même un poème que vous détestez ! A condition de creuser pourquoi... 

On ne devrait jamais dire de telle ou telle chose ou personne qu'elle est "nulle" sans s'obliger à expliquer pourquoi. Là, cela peut devenir intéressant, et seulement là. 

Mais, non, venez plutôt avec des pépites de votre intime collection de textes. L'admiration se partage plus agréablement que la détestation. 

On vous attend pour la première opération TOP (Table Ouverte à la Poésie). 

(Et n'hésitez pas à partager cet article avec ceux de vos amis qu'il pourrait intéresser.)

samedi 8 août 2015

France Culture avec ou sans poésie ?

Après la fermeture de la Maison de la poésie  de St-Quentin en Yvelines, l'arrêt du festival Voix de la Méditerranée  à Lodève, la fin du mois de juin fut secouée d'une autre grosse mauvaise nouvelle : la suppression de l'émission Ca rime à quoi ?  que produisait Sophie Nauleau sur France Culture.
C'était à la fois l'une des meilleures émissions consacrées à l'actualité de la poésie et... la dernière après l'éviction de Colette Felous et, quelques temps plus tôt, d'André Velter.

Sophie Nauleau, depuis 2008 sur France Culture, c'était des questions pertinentes, toujours en équilibre entre une indiscrétion courageuse mais retenue et le respect de l'invité même quand, intimidé ou inconsistant, il n'était pas à son meilleur. Incisives parce que précises, toutes ses questions et remarques s'appuyaient sur le texte, sur les poèmes eux-mêmes.

Pour éclairer ce dernier dossier, voici d'abord la lettre ouverte que Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes, avait envoyé à Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture, le 23 juin 2015. Puis la réponse de ce dernier, rendue publique début août.

La lettre ouverte de Jean-Pierre Siméon

Monsieur le Directeur,


J'ai appris avec stupéfaction et consternation la suppression de l'émission Ça rime à quoi, seul magazine consacré à l'actualité poétique de tous les média audio-visuels nationaux, tant publics que privés.

Cette exception était l'honneur de France Culture précisément, n'était-ce pas aussi son devoir, étant donné l'exclusion dont pâtit la production éditoriale poétique dans les lieux uniquement régis par la loi de l'audimat ?

Si nous ne pouvons qu'approuver par ailleurs le retour sur l'antenne de lectures quotidiennes de poésie, cette initiative ne saurait que s'ajouter, et non se substituer au magazine d'information et de réflexion que Sophie Nauleau animait avec la plus grande compétence. On ne saurait objecter qu'il y a d'autres émissions d'actualité littéraire, l'expérience ayant prouvé mille fois qu'étant donné le poids de la fiction et des essais, la poésie en est quasiment toujours la grande absente.

Au nom de tous ceux, nombreux, qui aujourd'hui se battent pour maintenir une place à la poésie dans l'espace public, je me permets de vous demander de reconsidérer une décision qu'ils ne peuvent admettre.

Nous appelons les poètes et les amateurs de poésie à faire part de leur désapprobation de la suppression de l'émission Ça rime à quoi en écrivant au directeur de France Culture : 116 avenue du Président Kennedy, 75220 Paris cedex 16. 

Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes

La réponse d'Olivier Poivre d'Arvor

Monsieur le Directeur artistique du Printemps des Poètes, 
Cher Jean-Pierre Siméon,

Comme j'ai eu l'occasion de vous le dire lors de notre conversation téléphonique, nous avons souhaité à partir de la rentrée 2015, renouveler et développer de manière  importante l'offre de la poésie et de son actualité sur France Culture.

La poésie est et restera, sur notre chaîne de service public, un élément déterminant de notre cahier des charges. Plus que jamais, comme notre programmation le démontre.

En lieu et place du magazine de 30 minutes Ça rime à quoi, c'est désormais un nouveau magazine d'information, de réflexion et de création d'une heure Poésie et ainsi de suite, produit par Manou Farine, qui rendra compte de l'actualité de la production éditoriale poétique. Il sera programmé de manière hebdomadaire, dans la tranche des Ateliers de la création, soit le vendredi de 23h à 24h, tranche particulièrement suivie par nos auditeurs. Il permettra évidemment d'entendre la voix des poètes d'aujourd'hui, notamment à partir d'entretiens.

Par ailleurs, comme j'ai déjà eu l'occasion de vous le dire, tous les jours de septembre à juin, un nouveau rendez-vous est désormais créé dans la grille de la station : une lecture de quelques minutes par Jacques Bonnaffé d'un poète contemporain, soit 44 poètes en un an. L'horaire (l'après-midi), sera fixé très prochainement. par ailleurs, pendant la grille d'été 2016, nous pourrons ré-entendre ces lectures.

Comme vous le voyez, la poésie trouvera à cette rentrée dans l'espace public de la radio une place plus importante et contentera de nombreux auditeurs.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter à la connaissance de toutes celles et ceux qui font vivre aujourd'hui la poésie cette nouvelle programmation.
Je vous prie de croire, Cher Jean-Pierre, à l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture.


Précisons qu'Olivier Poivre d'Arvor avait indiqué le 10 juillet dernier à l'AFP avoir été limogé de son poste de directeur de France Culture qu'il doit quitter à la fin du mois d'août...
Quoi que cèlent les querelles
le pouvoir est au couteau
bien plus qu’à la beauté.

Mais la poésie a besoin des ailes
et du mouvement des ondes
pour s’envoler jusqu’au monde.

On ne peut sans cruauté
oter
la mer sous les bateaux. 
Si ?

AxoDom