Ce blog est le petit frère de

Ce blog est le petit frère de notre site internet

dimanche 11 janvier 2015

Attenter à Charlie. Quel manque de poésie !

L'Institut du Monde Arabe (Paris).

Quelques jours après l'attentat contre Charlie Hebdo, le meurtre de la policière de Montrouge, l'assassinat du policier à vélo et la tuerie du supermarché juif de la Porte de Vincennes, la France se réveille avec un immense besoin de poésie. 


De pauvres garçons embrigadés et déguisés en commandos de jeux vidéo dans leurs panoplies de vengeurs de l’islamisme radical ont plaqué leurs rêves de pureté et de dignité sur de fausses représentations qu’on leur a mises dans la tête. Mais d'où sort ce "on" ? 

Quel con, ce « on » ! Pourquoi fait-il ça ? 

Qui tire les ficelles de ce con de "on" ? Qui fait croire à des jeunes une chose aussi bête et barbare que tuer des dessinateurs et des agents de la police municipale - et des juifs tant qu’on y est - serait glorieux et ferait plaisir à leur dieu ? Alors que nombre d'imams expliquent que l'islam est une religion de paix et d'harmonie. 

La réponse bien sûr est plus compliquée que la question mais, en attendant, il y a autre chose à dire que ce que répètent en boucle les politiques, les journalistes, les familles, les amis, les témoins, les experts. Quoi ? Eh bien, juste ceci : VRAIMENT, TOUT ÇA MANQUE DE POESIE. 

Oui, il faut l'affirmer haut et fort sans aucun sourire et sans une once d'ironie. 

Vraiment tout ça manque cruellement de poésie ! 

La poésie est ce qui élève l'être humain au-dessus des contingences de la vie matérielle, 
ce qui lui fait accéder à la beauté, à l'humour, à la générosité, au partage, à l'autre côté de la vie, à ce qui dépasse l'entendement et même à ce qui fait taire le raisonnement... 

La poésie est ce qui réduit toute opinion à sa juste place, toute petite place et pas plus grande que les autres.
La poésie c'est ce qui met le sens en apnée et ridiculise toute tentative d'avoir raison. 
C'est le calme de l'oeil fermé sur ce que la lumière ferait prendre pour du "réel". 
C'est  la cécité momentanée qui offre à l'homme la capacité de douter. 
C'est la possibilité d'être enfin sourd à toute conviction. 
C'est le détachement qui noie l'envie de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit. 
C'est tout le contraire du terrorisme qui veut imposer sa vérité à tous. 

Sans cesse le manque de poésie abîme le monde. Sans cesse le dogme de la concurrence pousse les uns contres autres. Sans cesse l'avidité productiviste, poussée par la folie de la croissance, pille les ressources du tiers monde. 

Et depuis si longtemps… On a parfois la tentation de lâcher la partie, de laisser aller et de s'en aller au ciel des agnostoïques dubitatifs. 

Mais non, on ne va pas laisser le terrain de jeu aux malappris, ils le saliraient. Les maladroits ne savent pas jouer sans tout casser.

Tout commence avec la langue

La violence et le sang naissent toujours dans la parole, hélas, comme l’amour et la sérénité. Tout ce que vit l’homme, il commence par le dire. Il imagine et il parle, avec ces mots qui sont son apanage, sa chance et sa malédiction.

Sachant que toute violence commence par la parole, pourquoi depuis des années laisser dire sans réagir dans des chansons de rap ou autre qu’il faudrait tuer des policiers ??? Et pourquoi suspecter de « retour à l’ordre moral » ceux qui s’indignent d’entendre ces horreurs ?


Si #JeSuisCharlie, si nous sommes tous Charlie. Disons le calmement, poliment et avec détermination. 
Reprenons possession du langage. Soyons clairs, réaffirmons la primauté de la correction, de la politesse, à tous les niveaux, de l'école à la rue. 
Apprenons à nous parler dans le respect, sans nous insulter, sans se lancer des grossièretés à la figure au moindre désaccord... Essayons même par exemple de ne pas nous couper la parole ! Ca n'a l'air de rien mais ce serait un bon début car c'est tout sauf facile. 

Aujourd'hui, on pleure dans la douceur d'une journée d'hiver ensoleillée. 
Demain il faudra reconstruire les digues, les ponts et les chemins.
Demain, il faudra se tendre la main. 

Demain, il faudra retrouver l'efficacité des armes secrètes de la poésie et la légèreté du mec sans pression lors de la #MarcheDu11Janvier : 



AxoDom
(réactions possibles aussi sur https://www.facebook.com/notes/axodom-guillerm/attentat-contre-charlie-quel-manque-de-poésie-/756230191135762)

mardi 30 décembre 2014

Que vouloir pour la poésie en 2015 ?

Si la question va être d'actualité pendant 365 jours les réponses, elles, sont connues depuis longtemps. 

Ainsi, parce que le temps a peu de valeur dans nos affaires, nous reprenons ici un article paru dans Ouest France il y quasiment un an : Éditions du Petit Véhicule, le blog: REFLEXIONS SUR LE METIER DE PETIT EDITEUR...


Ce texte suit le chemin que fore le trépan de ce blog sur la place de la poésie ici et maintenant.


Les voeux des éditeurs de poésie pour 2014 (et plus...) sont assez élémentaires. Ils tiennent en un constat et quelques solutions simples.

Le constat

L'état des lieux a été fait à de multiples reprises depuis des années. Il aboutit toujours aux mêmes conclusions :

  • la poésie ne se vend pas car peu de libraires en prennent puisque ça ne se vend pas...
  • la poésie n'est pas un marché
  • les éditeurs sont donc évidemment sous-capitalisés
  • ils ne peuvent quasiment jamais se payer
  • il y a en pourtant toujours quelques centaines en France
  • le besoin de poésie ne meurt pas, bien au contraire.

Quelques solutions simples pour faire avancer les choses

Ici énoncées par trois bons connaisseurs du milieu puisque éditeurs depuis des décennies : Mireille Lacour (éd. La part commune), Bruno Doucey, et Jean-Yves Reuzeau, co-fondateur des éditions du Castor Astral.
  • publier des poèmes dans les journaux au même titre que tous les livres dont les media publient des extraits
  • augmenter les préachats de recueils de poésie dans les bibliothèques
  • augmenter les subventions aux acteurs (éditeurs, libraires, organisateurs de festivals...). 
Et que ceux qui hennissent lorsqu'ils entendent le mot subvention se rassérènent en lisant les derniers rapports de la Banque Mondiale et du FMI...

NB : En lettrine, l'illustration du compte twitter du Castor Astral



jeudi 18 décembre 2014

Découvrir les poètes méconnus. Tous.



Que faire quand on découvre un site de poésie selon son coeur ? Le dire haut et fort, simplement. 


Alors voici, poeme.a-lire.fr est un site anthologique dont le capitaine veut
"faire (re)découvrir la grande poésie française, celle des poètes célèbres comme celle des poètes méconnus ou tombés dans l'oubli."
Il annonce clairement qu'il publie "selon son seul goût" avec tout ce que cela implique d'arbitraire.

Mais son seul goût est assez ouvert pour en croiser bien d'autres, peut-être les vôtresXavier Grall, Christian Bobin, Seamus Heaney, Gilles Baudry, Boileau, Louis Calaferte, Jean Grosjean, Max Jacob, André Laude, Malherbe, Lionel Ray... (liste plus complète de liens cliquables ci-dessous). 

Ne glissons pas trop vite sur le mot "méconnus"... Méconnus, à part une poignée qui tient vraiment dans la main, ne le sont-ils pas quasiment tous, autant pour le grand public, auquel il faut toujours penser, que pour nous autres, navigateurs curieux de ces parages.


Faire voler les siècles

De plus, tous les quinze jours, il met en ligne trois poèmes : un ancien, un moderne et une trouvaille.
Actuellement, ce sont Claude-Henri Rocquet, Pierre Reverdy et Mellin de Saint-Gelais. 
Le dialogue qui se créé ainsi entre époques, sources d'inspiration, styles et métriques diverses est passionnant. 

Ici ou là, un peu de philosophie, voire d'économie se glisse entre les poèmes et on découvre un étonnant billet, d'un esprit tout-à-fait "décroissant" : 

Les conditions de scientificité de l'économie : moins de maths, plus de philo !
  • Tomas Sedlacek, L'économie du bien et du mal
Ce livre ne répond à aucune question pratique d'économie, mais pose les bases pour faire de l'économie. Le mirage des mathématiques masque presque toujours un manque terrifiant de rigueur chez les économistes. Il faut d'abord regarder derrière l'écran des formules avant de commencer en cette matière. Sedlacek en donne les clés philosophiques (...). 

Ainsi, amis de la poésie, découvrez donc ce calme jardin : Poèmes à lire: Faire découvrir les poètes méconnus. En voici quelques uns : 

Les poètes, anthologie

dimanche 7 septembre 2014

O+O 2014, 1er jour : lectures et colloque

C'est parti pour le festival O+haut2Paris 2014. D'abord, le calme des lectures au Cabinet de Curiosités, puis la chaleur d'un Toboggan poétique au Café du commerce et enfin notre premier colloque "Poésie et sculpture" au Centre Mandapa. 


Précédant classiquement la grosse journée de ce dimanche 7 septembre qui s'annonce somptueux, la journée plus intime du samedi a initié hier le festival O+O de Paris 2014 au Cabinet de Curiosités de Martine Meunier, dans cet entre-soi accueillant ouvert sur la rue Vandrezanne. 

Force de la poésie : vue de la rue, elle peut laisser pantois ! 
Autant entrer, déverrouiller ses oreilles et son coeur, et se laisser faire. 

Démarré par les poètes du festival, le fil des poèmes qu'on aime (ceux des autres ou de soi) s'est vite ouvert aux spectateurs présents. Au hasard des envies soudaines et des livres sur la table, on a entendu du Giuseppe Ungaretti, du Isabelle Camarrieu, du Yves Bonnefoy mais aussi Michel Deguy, Pierre Jourde, AxoDom, Jacques Rebotier, Valentine Quintin, Eluard, Omar Y. Souleimane, Svante Svahnström, Verlaine, Rime Al-Sayed entre autres...


Au hasard des envies et des livres sur la table...

Les lecteurs (par ordre d'entrée en lecture) : Isabelle Camarrieu, AxoDom, Valentine Quintin, Eric Hobein, Omar Y. Souleimane, Svante Svahnström, Rime Al-Sayed...

Isabelle Camarrieu lit Ungaretti.

Svante Svahnström lit un de ses poèmes universilingues.

Rime Al-Sayed se souvient de sa mère.

Lectures au café du commerce


Dans la chaleur d'un Toboggan poétique bondé au Café du commerce de la rue des Cinq-Diamants, une dizaine de poètes, comédiens, clowns pleins de malice : Patrice Cazelles, Christine Schaller, Bruno JouhetCécile Duval, Fabrice Villard, Christine Simon, Régis Moulu, Bruno Goffart, Lopes Marie, Malika Berrichi, Hervé Dauphin. Ils ont composé un florilège de leurs textes et d’hommages à leurs poètes préférés.  



Et... notre premier colloque " Poésie et sculpture "


L'idée de cette rencontre avait germé il y a assez longtemps, environ deux ans. Au fil des mois, plusieurs articles de ce blog ont rendu compte de l'évolution de nos réflexions : 

L'affiche de O+O 2013 



Déjà l'édition 2013 du festival avait proposé à des poètes et à des sculpteurs de s'associer pour réaliser des oeuvres ensemble sous le thème générique "Sortir du cadre". L'affiche de cette édition avait été réalisée par Philippe Mairesse. 

Qu'est-ce que la poésie et la sculpture ont à se dire ? 
Les grandes lignes de cette simple interrogation étaient dessinées dans cet article : "Le projet poésie et sculpture".

Il y a quelques mois, nous avons contacté le centre Mandapa dont la localisation, 6 rue Wurtz, la grande salle du fond, facile à aménager, et l'ouverture d'esprit nous semblaient parfaits pour accueillir ces discussions. Nous sommes ravis qu'ils aient accepté et voulons les remercier ici de la gentillesse de leur accueil et de leurs efforts pour nous aménager un lieu conforme au projet. 

Ce samedi soir, vers 18h une trentaine de personnes ont répondu à notre proposition et, par leur participation, ont permis à ce colloque d'être aussi un moment d'échange, d'élargissement, voire et pourquoi pas de contestation des thèses exposées.

Catherine Grall et Philippe Mairesse


Guy Allix
(cet article est encore une ébauche). 

DG

vendredi 5 septembre 2014

La mairie du 13e soutient le festival Au plus haut 2 Paris

Et ce n'est pas nouveau !
La mairie et le conseil de quartier de la Butte-aux-cailles soutiennent O+O de Paris depuis sa création il y a 4 ans.
Déjà 4 ans...

Mairie du 13e - Festival Au plus haut 2 Paris

jeudi 28 août 2014

O+O 2014, demandez le programme (définitif et officiel)

Après Avignon, Aurillac, Concèze, Lodève, Sète et les lectures sous l'arbre du Chambon-sur-Lignon... le dernier grand (immense !) festival de l'été ramène le soleil à Paris, sur une hauteur historique, celle de la Butte-aux-cailles, et c'est dans une semaine.

Vous n'avez donc plus qu'une semaine pour libérer votre premier week-end de septembre et vous donner tout le loisir dont vous aurez besoin pour arpenter en flâneurs les rues du quartier de la Butte-aux-cailles en compagnie de qui vous plaira - même vos enfants puisqu'il y en a pour tous les âges - pour découvrir la quarantaine d'artistes en tous genres qui vont pendant deux jours, et surtout le dimanche 7 septembre, se donner la peine de vous faire plaisir, de vous étonner, amuser, intriguer, surprendre en pratiquant leur art : poésie, sculpture, danse, chant, théâtre de rue, musique, clown, marionnettes, magie...

Sur les intentions et l'état d'esprit qui nous animent, tout est à peu près dit dans cet article-ci.

Et tout est gratuit, pour les grands comme pour les petits.


Ci-dessous, le Programme officiel que vous pouvez imprimer ou, si vous avez compris l'impérieuse nécessité de la décroissance, emporter dans votre futéphone pour épargner les forêts.




Enfin, nous avons eu hier la joyeuse surprise de découvrir un très sympathique article sur le site de Sortir à Paris à lire ici même.

Et aussi dans Le Parisien ici.

Il ne nous reste plus qu'à espérer que le ciel soit avec nous comme il le fut l'an dernier ainsi que le prouvent ces images (comme si des images pouvaient prouver quoi que ce soit !).

Merci à tous de partager la bonne nouvelle et le lien de cet article (http://armesecretepoesie-axodom.blogspot.fr/2014/08/oo-2014-demandez-le-programme-definitif.html) sur vos réseaux sociaux préférés et de mettre des cierges dans toutes les bonnes églises afin de les aider à réparer la toiture et nous assurer un vrai beau soleil d'arrière-saison les 6 et 7 septembre 2014.

mercredi 13 août 2014

Un avant-goût du festival O+O de Paris 2014

Les informations sur la préparation de cette quatrième édition sont diffusées en temps irréel sur la page Facebook du festival.
Pour ceux qui ne sont pas très Facebook - et ils ont bien le droit - voici ci-dessous le pré-PROGRAMME du festival O+O de Paris 2014.